La montagne au cinéma me gagne …

Ecrit par
montagne et cinéma travelski

A l’étranger ou en France, la montagne est un beau sujet mis à l’écran par de nombreux réalisateurs. Que ce soit une quête spirituelle, une exploration ou un apprentissage, les sommets attirent comme des aimants et plaisent au public.

La montagne au cinéma à l’étranger

Qui ne s’est pas mis dans la peau d’un alpiniste en suivant les traces des hommes prêts à repousser leurs limites dans des conditions extrêmes comme dans “Everest”, inspiré d’une histoire vraie. De grosses tempêtes y empêchent la concrétisation de l’ascension, ce qui nous rappelle à tous que la montagne est toujours plus forte et que la prudence doit être constante. Les limites sont également repoussées dans « 127 heures » ou « Les survivants » où chacun choisit ses propres conditions ultimes de survie.  Mais la montagne nous permet à tous de nous envoler gaiement dans « La vie rêvée de Walter Mitty » en accompagnant ce journaliste un peu farfelu dans la réalisation de son rêve. Et pourquoi ne pas tenter la quête spirituelle que Heinrich Harrer entame dans « Sept ans au Tibet »? Si la montagne nous permet de nous élever spirituellement, il est toujours bon de dérider nos zygomatiques en savourant la comédie “Rastarockett” où le héros tente le pari un peu fou des Jeux Olympiques dans la catégorie Bobsleigh, un peu farfelu pour un Jamaïcain.

Les drames français

La réalité se confond avec la fiction dans “Premier de Cordée” réalisé à Chamonix où le protagoniste manque de laisser sa vie lors d’une randonnée où il est guide. La douleur fait aussi souffrir dans « Malabar Princesse » où des morceaux d’un avion d’Air India perdu dans le Massif du Mont Blanc sont découverts en même temps qu’un petit bout de 8 ans retrouve difficilement ses racines avec son grand-père. « Les rivières pourpres », polar français, qui se déroule en Haute Maurienne a certainement été tourné en majorité de nuit car la lumière nous manque parfois pour admirer cette jolie région des Alpes. Contrairement à « La tête haute », tourné à Villard de Lans et à Méaudre, qui nous rend de nouveau optimiste sur la nature humaine et la chance que l’on peut donner à tout être, même quand celui-ci nous donne du fil à retordre. Optimiste, le père du fils handicapé du film « De toutes nos forces » a dû l’être. Tourné à Val Thorens et à La Clusaz, ce film nous emmène tout au long de l’entrainement intense d’un triathlon « Ironman ».

Les comédies françaises

Si « Ma première étoile » sur le Mont Chéry aux Gets nous permet de taquiner ces citadins qui font parfois des ravages sur les pistes recouvertes de blanc alors « Tout Schuss » les rend carrément gâteux mais tellement heureux sur les pistes de Contamines Montjoie. Sans aucune doute, Les Gets attirent le monde du cinéma. A nouveau dans “Bienvenue aux Edelweiss”, la station est mise en avant tout en riant. Mais quel bel aperçu de la Haute – Maurienne (Val Cenis et Bonneval) nous donne les deux « Belle et Sébastien ». Les deux films y ont été tournés, inspirés des livres de Cécile Aubry qui se passaient théoriquement dans les Pyrénées. Vous pourrez entrer dans la peau de Sébastien avec le parcours proposé par les Offices de Tourisme du secteur pour découvrir les lieux de tournage. Et quel plaisir partagé de se retrouver tous en famille avec “les Marmottes” dans cet hôtel de Chamonix. Alors que ce sont Gap et les Hautes Alpes qui sont mis à l’honneur dans Good Luck Algeria où le héros se met en tête de participer aux Jeux Olympiques comme coureur de ski de fond. Et si vous empruntiez le téléski de “La femme de mon pote”pour monter à Courchevel ? Pour finir sur une note positive, « Une hirondelle a fait le printemps », tourné dans le Vercors, nous permet de penser à une véritable harmonie future entre citadins et montagnards … Qui sait peut-être un jour ?

Les festivals de cinéma à la montagne

Et pourquoi ne pas pousser l’escalade jusqu’à savourer les salles obscures en altitude. Saviez-vous que depuis la création du festival du film fantastique d’Avoriaz en 1973, de nombreuses petits frères et sœurs sont nés dans d’autres stations ? Toutes cherchent à attirer un public plus varié et sur des thèmes différents. Le Festival International du film de Comédie au sein de l’Alpe d’Huez créé en 1997 vous présente en avant-première de nombreuses comédies plébiscitées par le public comme « Les randonneurs » ou « Nos jours heureux ». Le festival du film fantastique de Gérardmer, créé en 1994, est réservé à un public plus initié. Mais quel plaisir intense de pouvoir se rendre au Festival de cinéma européen des Arcs ou au Festival « Ski et toiles » à Courchevel, lorsque l’on sait que le domaine skiable qui nous attend au dehors est à la hauteur de nos attentes ?

Alors, qu’en dites-vous ? Êtes-vous tentés par l’aventure, derrière ou devant la caméra ou simplement assis confortablement dans une salle grand écran, dévorez la montagne comme elle vient, elle vous gagne !

Partager
Tags:
·
Categories:
Insolite · Stations de ski

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Menu Title