Prudence, risque élevé d’avalanche

Ecrit par
avalanche travelski skeeze pixabay

Depuis plus d’une semaine, la neige tombe à gros flocons ! Sur tous les massifs français, du nord au sud, il est même parfois tombé plus de 90 cm en moins de 48 heures ! La neige arrive peut être tardivement et c’est le moment de rester vigilants. Qui dit cumul important de neige dit augmentation du risque d’avalanche. On vous explique pourquoi et comment.

Les différentes catégories d’avalanche

Vue du ciel, cette importante masse de neige capable de tomber en emportant tout sur son passage, c’est beau et dangereux à la fois. Ce phénomène nommé « avalanche » ne se rencontre qu’en montagne, à cause de la pente. Les origines de l’avalanche sont nombreuses comme les types d’avalanche. L’avalanche de fonte, l’avalanche de plaques et l’avalanche de poudreuse sont les trois principales sortes d’avalanche.

La première, l’avalanche de fonte, est ponctuelle et gorgée d’eau. Elle se déclenche surtout l’après-midi, souvent durant la fonte des neiges de printemps et peut souvent être prévue. Elle est parfois monstrueuse, voire mortelle. Son déplacement est lent et d’une grande puissance due à l’humidité présente dans la neige. La vitesse de cette avalanche peut atteindre 60 km/heure.

La deuxième, l’avalanche de plaques, est linéaire. Elle est le résultat d’un manteau neigeux extrêmement dense posé sur une sous couche sans cohésion. Le manteau est victime d’une fracture. Elle doit être la plus grande préoccupation des skieurs qui osent encore faire du hors-piste en ce moment. La neige est ici dense et compacte. La vitesse de ce type d’avalanche peut être de 100 km à l’heure.

L’avalanche de neige fraîche ou avalanche de poudreuse, celle que l’on peut voir en ce moment, se déclenche par temps froid après une importante chute de neige sur un manteau lisse. La vitesse peut atteindre 160 km par heure ! Les mouvements de neige peuvent atteindre 100 mètres de haut et congeler et noyer les poumons des personnes qui se trouvent pris sur la pente à ce moment-là.

Un personnel de pisteurs dévoués et professionnels

Les pisteurs – secouristes sont en charge de l’ouverture des pistes, de la mise en place des dispositifs de sécurité et la prévention des risques. Dans plusieurs stations, après de grosses chutes de neige comme celles – que nous vivons actuellement, les avalanches sont déclenchées volontairement par le personnel des pistes. De façon préventive, cela permet de sécuriser le domaine skiable. Plusieurs techniques sont utilisées. On peut transporter des bonbonnes de gaz par hélicoptère et les déposer aux endroits stratégiques. On peut aussi faire exploser des appareils implantés pendant l’été sur les flancs de montagne, cette seconde tactique se fait à distance par ordinateur. Dans tous les cas, il s’agit d’infliger une onde de choc pour déstabiliser et mettre en mouvement la récente accumulation de neige.

Une autre technique consiste à utiliser un avalancheur, un canon qui envoie des flèches explosives composées de produits chimiques. Il y a longtemps, on utilisait même la méthode du grenadage à main mais cette technique est très dangereuse en particulier pour les pisteurs, qui peuvent se retrouver pris dans l’avalanche qu’ils déclenchent ! Les avalanches provoquées artificiellement sont moins volumineuses que les avalanches naturelles et permettent de stabiliser le lieu de vos futures vacances. Le personnel des pistes ne pratique pas cela de gaieté de cœur. Ils pensent avant tout à votre sécurité et à la pratique du ski à long terme.

Des pistes fermées… pour votre sécurité !

Cela fait maintenant presque une semaine que les stations ont un sourire jusqu’aux oreilles ! Un sourire plein d’or blanc !! A Serre – Chevalier, Les Ménuires ou Risoul, ce sont 40 à 70 cm qui sont tombés ces derniers jours. Val d’Isère, La Plagne, Les Arcs et Avoriaz ont vu plus d’un mètre de neige tomber !! Le silence règne dans les stations, la neige absorbe tous les bruits. Tout est calme, seuls des BOUM reconnaissables nuisent au silence de la nuit à l’aube d’une nouvelle journée. Durant cette période, le vent accumule plusieurs épaisseurs de neige sur des pentes très abruptes. Si les pentes sont lisses et le manteau neigeux pas encore stabilisé, alors le risque avalanche est à son maximum. Inutile d’en vouloir aux responsables du domaine skiable qui ferment de nombreuses pistes. Inutile de ronchonner à la vue du nombre de pistes fermées. Les moindres vibrations causées par le passage d’un véhicule, les mouvements d’un homme (un skieur) ou même la simple chute d’un objet, le déplacement d’un animal (même un lapin) ou même une légère branche d’arbre, un soupçon de mouvement peuvent déclencher une avalanche. Celles qui emportent des hommes sont déclenchées à 90% par des hommes et pas volontairement ! Aussi la prudence est vivement recommandée. Prudence côté skieurs et prudence sur le domaine. Tout le monde doit avoir conscience de la sécurité nécessaire en ces périodes.

Vous l’aurez compris, œuvrer pour la venue des skieurs est un métier de chaque instant. La neige continue à tomber et invite à la prudence. Vous aussi, en montant en station, vous devez respecter les règles basiques de sécurité. En voiture, n’oubliez pas de glisser vos chaînes dans le coffre. Et rappelez-vous que si les pistes sont fermées, c’est uniquement pour votre sécurité. De plus, attendre le soleil et une meilleure visibilité vous permettra certainement de mieux profiter des pistes.

Partager

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Menu Title