A la découverte de La Rosière et de son histoire

Ecrit par
histoire La Rosière

Parce qu’un peu d’histoire n’a jamais fait de mal à personne, partons à la découverte de La Rosière et de son histoire. Cette charmante station franco-italienne vous livre son passé.

Les grands faits marquants de l’histoire de la station

L’hospice du Petit-Saint-Bernard, passage marchand franco-italien

Ier siècle : Création par l’Empire Romain de la voie romaine reliant Vienne (dans l’Isère) à Milan. Cette route restait ouverte toute l’année et constituait le seul moyen de franchir le col jusqu’au milieu du XIXème siècle.

Milieu du XIè siècle : Création de l’hospice par Saint-Bernard de Menthon, futur patron des alpinistes. Cet édifice aura pour but d’assurer protection aux pèlerins ainsi qu’aux autres personnes de passage contre les brigands et les aléas du climat.

XVIIIè siècle : L’hospice offre plus de 10 000 repas chaque année mais est fortement endommagé lors des combats de la Révolution Française.

Durant la 2nde Guerre Mondiale : L’hospice est abandonné, puis quasiment détruit par les bombardements.

Années 90 : Programme de réhabilitation de l’édifice.

Aujourd’hui : L’hospice est devenu un point d’informations touristiques, de restauration et d’hébergement.

Le chien Saint-Bernard

XVIIe siècle : Introduction de la race de chien Saint-bernard. Ces chiens furent dressés par les moines afin d’assurer la sécurité et le sauvetage des pèlerins en détresse.

Le jardin botanique alpin Chanousia

Entre 1859 et 1909 : Construction du jardin dans l’hospice ordonnée par l’abbé Pierre Chanoux qui dirigeait alors les lieux. A l’époque plus de 4000 espèces de plantes alpines différentes y étaient abritées.

Durant la 2nde Guerre Mondiale : Destruction totale du jardin botanique.

1978 : Grâce la Société de la Flore Valdôtaine, qui reconstitua entièrement le jardin de Chanousia, il a repris vie et compte à ce jour 1000 variétés différentes de plantes alpines.

Le territoire et ses traditions

Les chalets

Jusqu’en 1960 : les familles de Montvalezan vivaient essentiellement de l’élevage et de l’exploitation des terres. Afin de favoriser l’entraide entre habitants, les maisons sont très proches les unes des autres. Situés à 1850 mètres d’altitude, les chalets des villages d’alpages des Eucherts et de La Rosière étaient fréquentés seulement durant la période estivale.

La lauze est la pierre traditionnelle utilisée pour recouvrir les toits et encore aujourd’hui beaucoup de nouvelles constructions respectent cette architecture traditionnelle. Les charpentes et les aménagements intérieurs, sont quant à eux construits à partir de l’épicéa et du pin Sylvestre peuplant les forêts de Montvalezan.

Tradition et mode de vie

Sur les charpentes des chalets sont gravées les initiales des propriétaires, la date de construction, drapeaux patriotiques de la Savoie, rosaces ou encore symboles religieux. Cette communauté rurale se caractérisait par le port du costume ainsi que les dictons. De nos jours, les costumes sont occasionnellement portés lors de manifestations folkloriques. Les populations de montagne vivent au rythme du temps de travail, du temps des repas ainsi que du temps de sommeil. Suivant les saisons et la nature des activités les lieux d’habitation étaient différents.

Le ski et le tourisme à La Rosière

Les premières traces du ski à la Rosière

1878 : L’histoire du ski alpin commence en France grâce à l’alpiniste Henri Duhamel qui remarque des skis dans le pavillon de la Norvège lors de l’Exposition Universelle de Paris.

1920 : La pratique du ski s’installe à Montvalezan quand un groupe de jeunes skieurs créé une société « Union Sportive de Montvalezan ».

1960 : Les premières compétitions apparaissent dans la station.

Le développement de la pratique du ski

1954 : Jean Arpin construit le premier bar du Petit-Saint-Bernard.

1960 : L’Abbé Poupon édifie aux Eucherts le centre de vacances La Savoyarde.

Grâce à ces 2 pôles l’activité estivale prend son essor, contrairement au tourisme hivernal qui peine à démarrer à cause du manque de remontées mécaniques.

décembre 1960 : Inauguration du téléski de la Poletta.

Première liaison France / Italie

1985 : Signature d’une convention entre Montvalezan, Séez et la Thuile. Le télésiège de Chardonnet et le téléski de Bellecombe sont mis en place afin de traverser la frontière. La Rosière devient un domaine de ski international et permet à tous les passionnés de profiter de la montagne et de la glisse.

Modernisation des remontées mécaniques

1991 : La Rosière et La Thuile saisissent l’opportunité des programmes européens pour unir leurs compétences et leur savoir-faire. Quelques années plus tard le domaine est rebaptisé l’Espace San Bernardo et dispose de signalisation informatisée, neige de culture, 3 snow zones et a également modernisé ses remontées mécaniques.

Développement touristique

Fin des années 90 : Implication des différentes structures touristiques vers une même logique de performance. Construction de la Maison du Ski, du cinéma, de la patinoire, de galeries marchandes…

Les athlètes montvalezanais aux Jeux Olympiques d’hiver

L’espace San Bernardo, qui propose une large diversité de pratiques de glisse, a vu naître de nombreux champions toutes disciplines confondues. Joël Chenal médaillé d’argent Olympique ou encore Manu Gaidet triple Champion de ski freeride.

Voila qui vous permet de mieux connaitre la Rosière. Cette station n’aura plus de secret pour vous à présent !

Partager
Tags:
·
Categories:
Stations de ski

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Menu Title