Les traditions de Noël en fonction des massifs montagneux

Ecrit par
noël

Noël est une fête chrétienne et à son origine romaine. Elle est célébrée entre le 24 et le 25 décembre, le 24 étant souvent surnommé “le réveillon de Noël”. Vous vous demandez sûrement pourquoi nous reposons de la sorte les bases de la fête de Noël, c’est en fait pour bien se mettre dans le contexte des traditions liées à cette fête qui se trouvent être, en fonction des massifs montagneux notamment, parfois très différentes ! En effet, les traditions de Noël varient et peuvent parfois vous ramener des siècles en arrière ! Découvrez sans plus attendre les traditions de Noël en fonction des massifs montagneux.

Les Alpes et leurs traditions

Les Hautes-Alpes

Cette tradition fait suite à celle de l’allumage des feux de solstice. En effet, la veille de cette fête de Noël, des feux de joie étaient allumés à différents endroits dans les Hautes-Alpes. Différentes communes effectuaient cette tradition comme Espinasses, Theus, Remollon, Rochebrune, Aspremont, Aspres sur Buëch ou encore Saint-Pierre-d’Argençon. Les feux de joies constituaient alors “l’attraction” de la veille de Noël, les jeunes gens, une fois que le feu se consumait, s’amusaient à sauter par dessus.

Noël, pour ce massif montagneux des Alpes est également le jour dédié à la réunion familiale. Lors du marché qui se déroule avant la fête, les femmes s’équipaient d’une bougie car le soir de Noël, le seul éclairage était cette bougie. Il était également écrit dans les traditions de manger, après que la Messe de minuit ai eu lieu, des creusets ou sazanes (soupes de pâté). Un verre de vin que le chef de famille dégustait en premier, tournait ensuite entre les membres de la famille. A la fin du repas, il fallait également boire pour les membres de la famille qui étaient malheureusement absent pour l’occasion.

Les Alpes du Nord

Dans les Alpes du Nord, le pain fabriqué spécialement pour les fêtes de Noël était marqué d’une croix avant de le mettre au four. Lorsqu’il était enfin cuit, il était déposé sur la table pour symboliser le Christ et sa présence à la table. Il n’était mangé qu’au Jour de l’An.

Les Alpes du Sud

Dans les Alpes du Sud, la durée de la fête de Noël durait quarante jours, elle s’étalait de la sainte Barbe du 4 décembre à la fête de la Chandeleur du 2 février. Des crèches vivantes prenaient vie dans les villes et villages de ce massif montagneux. Enfin, le repas de Noël s’animaient de crèches vivantes, et le repas de Noël se terminait par treize desserts, qui représentent Jésus et ses douze apôtres, soit la fameuse cène. Cette tradition est également adopté par les provençaux.

Le Massif Central

Dans les montagnes du Gévaudan (en Lozère), la Messe de minuit se déroule en fait juqu’à 3 h du matin. Le programme par la suite est de s’attabler devant un menu composé d’oreille de porc, de saucisse, de fromage et de riz au lait. Le tout baignant dans du Vivarais.

Dans le Massif Central, on laissait une chandelle allumée sur la table à laquelle était attablée la famille, durant le repas le soir de Noël. Cette chandelle est le symbole du flambeau de la vie et est traditionnellement passé d’une génération à l’autre. Elle est alors gardée précieusement et on la rallume à l’occasion du Jour de l’An et de l’Épiphanie.

Massifs Corses ( Cinto, Rotondo, Renoso et Incudine )

Dans les ménages et familles pauvres en Corse, le repas du réveillon se compose essentiellement de la traditionnelle polenta (une bouillie à base de farine de châtaignes ou de maïs) accompagnée de tranches de porc qui a été tué la veille, exprès pour l’occasion.

Traditionnellement de nos jours, le repas de Noël reste très copieux et festif et l’on laisse toujours une assiette en plus à table qui symbolise l’assiette du pauvre. Le dessert est souvent une bûche à la châtaigne nommée : « Ceppu di Natale Castagniu »

En Corse, la tradition de la bûche de Noël n’est pas pour le dessert  ! Il s’agit alors bien de mettre en forme un bûcher, préparé par les enfants, et qui sera allumé devant l’église du village, enflammé à la fin de la messe de minuit le 24 décembre au soir. Dans la journée du 25, après que le feu se soit consumé, les cendres étaient ramassées et elles étaient déposées par les villageois dans leur propre cheminée. Un esprit de partage et de cohésion du village régnait alors.

Enfin, jusqu’au début du XXème siècle, en Haute-Corse principalement, les jeunes du village se rassemblaient en faisant des petits groupes qui allaient par la suite rendre visite à 7 familles du village. On nommait cette tradition : les 7 veillées. Chaque groupe apportait une bûche de bois pour offrir de quoi alimenter le feu de la maison familiale et partageaient alors la dégustation des pâtisseries préparées par la mère de famille.

L’Alsace et les Vosges, terre des traditions de Noël

En Alsace et donc pour le massif des Vosges notamment, les coutumes allemandes sont très imprégnées dans la manière de célébrer Noël.

  • Des personnages fictifs

Saint-Nicolas, qui est le saint patron des écoliers, veille à ce que ceux-ci soient sages durant l’année… Dans la tradition, ces écoliers déposent leurs chaussures garnies de friandises, de clémentines et de pains d’épices devant la porte du Saint.

Les personnages de Christkindel et du Père Fouettard ne vous disent sans doute rien mais ils font partie intégrante des traditions alsaciennes pour Noël. Le Christkindel est en fait une jeune femme vêtue tout de blanc, qui incarne une fée présente dans grand nombre de contes alsaciens et présente le soir de Noël. Le Père Fouettard communément appelé en Alsace Hans Trapp, est un personnage associé à la Saint-Nicolas, il a pour rôle de faire peur aux enfants et les menacer de coups de martinet s’ils ne sont pas sages, à l’inverse de Saint-Nicolas qui lui, distribue des cadeaux aux enfants.

  • Les marchés de Noël

La région alsacienne est très connue pour ses merveilleux marchés de Noël, qui deviennent incontournables à la venue des fêtes. Ils sont souvent très illuminés, animés par des crèches vivantes et les exposants très friands des traditions alsaciennes. Vous serez forcément conquis par ces si fines odeurs de vin chaud et d’épices mélangées à celle des bredeles.

  • Les décorations de Noël

La période des fêtes c’est également l’occasion de décorer son environnement de rouge, de vert et d’or, les couleurs de Noël, ainsi que de guirlandes pour faire briller de mille feux vos maisons, boutiques…

En Alsace, la couronne de l’Avent est également une tradition très présente. Vous pourrez la voir sur les maisons alsaciennes durant le mois de décembre. Elle se constitue de quatre bougies qui représentent l’espérance et l’attente de la naissance du Christ, de bâtons de cannelle, de branches de sapins ainsi que d’un ange qui a pour but de protéger le foyer et enfin des rondelles d’agrumes séchées.

  • Les spécialités gustatives des fêtes de Noël

La période des fêtes est également synonyme de repas copieux et d’un grand temps passé derrière les fourneaux pour alimenter ces moments de partage. On retrouve notamment les bredeles que nous avons évoqué précédemment, ce sont des petits fours aromatisés à la cannelle, aux amandes, à la confiture ou encore au chocolat. Selon la légende, il existe autant de recettes de bredele qu’il y a de familles alsaciennes. Ces recettes se transmettent depuis le XIVème siècle.

Des petites brioches à l’effigie de Saint-Nicolas : les mannala ou mannele, qui peuvent être décorées de pépites de chocolats, raisins secs…

Une autre spécialité dont le nom Leckerli se traduit par “petite chose délicieuse” est en fait une douceur se rapprochant du pain d’épices et composée d’épices, de miel, de fruits secs, de sucre, de farine et d’écorces d’agrumes. La confection de ces desserts est cependant assez longue car la pâte doit reposer durant trois jours afin que les arômes se dégagent bien après la cuisson.

Enfin, la dernière spécialité purement alsacienne que nous avons recensé s’appelle le Christstollen et il s’agit d’une sorte de pain brioché aux fruits confits et/ou secs, farci de pâte d’amande et qui possède un grand manteau de sucre glace.

Le massif Pyrénéen et ses traditions catalanes

Dans les Pyrénées orientales, les traditions de Noël s’inspirent fortement de la culture catalane. Vous pourrez notamment découvrir le pessebre qui est une crèche vivante mettant en scène la Nativité ainsi que d’autres personnages. Dans les Hautes-Pyrénées, cette tradition est également d’actualité et agrémentée de plus de chants de bergers en occitan gascon de Bigorre.

Lors de cette période des fêtes d’hiver, l’une de nos plus grandes envies est de se réchauffer, c’est pourquoi dans les traditions des massifs Pyrénéens l’on boit le “cremat” qui est une boisson chaude à base de rhum et de café.

Enfin, dans les traditions de la plupart des massifs, la “bûche” n’était pas du tout un dessert mais servait bien à alimenter la cheminée du foyer. En effet, on mettait le plus souvent un arbre entier dans la cheminée le soir de Noël où l’on enflammait l’une des extrémités. Le but étant de le pousser un peu plus dans la cheminée chaque jour afin qu’il finisse par être consumé entièrement pour le Jour de l’An. Si celui-ci s’éteignait avant le premier janvier, cela était porteur d’un mauvais présage. La bûche actuelle que nous dégustons est issue de cette tradition.

Pour sublimer vos fêtes de Noël, quoi de mieux que de les passer aux sports d’hiver pour que le manteau blanc des stations apporte un cadre encore plus magique à ces fêtes ? Vous serez également peut être intéressés par nos conseils sur où partir au ski durant les vacances de Noël ?

Et si vous n’avez toujours pas réservé votre séjour au ski, n’attendez plus et profitez de nos meilleures offres sur le site Travelski !

Partager
Categories:
A ne pas rater

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Menu Title