Le Parc National des Ecins en été

Par TravelFactory, 21/09/2022
Minutes
Vous recherchez une destination qui peut vous offrir un ensoleillement illimité quelle que soit la saison, une série d'activités pour vous et vos enfants, une culture riche et des paysages à couper le souffle ? Ne cherchez plus, allez dans les Alpes et explorez le Parc National des Ecrins. Le Pays des Ecrins est situé au centre de la parcelle des Ecrins et ne vous laissera pas indifférent ! Voici quelques bonnes raisons de partir en famille cet été au Parc National des Ecrins. 
 
La randonnée, c’est l'activité phare de la région. Faites découvrir à vos enfants un cadre magnifique lors de promenades en famille. La Vallouise est le point de départ de nombreuses randonnées familiales : La Cabane Chouvet, La Maison du Parc national des Écrins ou encore le Refuge de Bans.
 
Les glaciers et les lacs d'altitude donnent également lieu à des randonnées incontournables : le refuge glaciaire de la Vallée de Freissinières, la peau noire glaciaire, le lac d’Eychauda et même les lacs Palluel et Faravel. Nous proposons également des circuits intéressants de chasse au trésor pour rendre les visites plus sympathiques et plus agréables pour vos enfants. 
 
Vous pouvez également vous adonner à des activités en eaux vives comme le kayak, le rafting ou le canoë gonflable.
 

Une nature riche et diversifiée

 
Le parc national des Écrin porte bien son nom ! Véritable havre de paix situé entre les villes de Grenoble, Gap et Briançon, la réserve compte de nombreux glaciers et de fabuleux sommets, dont le massif des Ecrins qui culmine à plus de 4000 m d'altitude.
 
Avec ses 740 kilomètres de sentiers, vous pouvez faire beaucoup de choses. Vous pouvez découvrir la flore et la faune de la montagne et imaginer cette nature étonnante. Le Pré de Madame Carle, Ailefroide, Glacier Blanc, Vallée d'Eychauda, Dormillouse et ses lacs sont tous à ne pas manquer. Qui sait, vous pourriez rencontrer de beaux chamois ou des marmottes moins timides ?
 

Les vallées 

 

La Vallouise

 
Tout d'abord, les trésors de la vallée de la région ne sont pas visibles depuis l'axe de la route nationale qui longe Durans.
 
Le fond de la vallée de Valluis est l'une des entrées du parc (1800 m d'altitude). Elle permet d'accéder facilement aux magnifiques domaines de glaciers et de sommets comme la Barre des Ecrins (4102 m) ou Le Pelvoux (3932 m) au point culminant de la parcelle. Des points d'informations saisonniers dans le parc vous permettent de découvrir ce magnifique site avec vos connaissances. Ailefroide est le deuxième spot d’alpinisme de France, et le fond de vallée est le lieu le plus fréquenté des Ecrins. Plus bas, c'est dans les villages et petits villages que l'on retrouve la très belle architecture traditionnelle de La Vallouise.
 
De L'Argentière-la-Bessée à la Vallée du Fournel : vous pouvez visiter le site d'une mine de plomb qui contenait autrefois de l'argent, qui est exploité depuis le Moyen Âge. La promenade devrait se poursuivre jusqu'au fond de cette longue vallée, où la richesse naturelle est étroitement liée aux activités humaines qui façonnent le paysage. Le chardon bleu est une espèce rare et protégée qui y prospère (Réserve naturelle de Deslioures).
 
Derrière une barrière glaciaire apparemment insurmontable, la Vallée de Freissinières s'étendait. Au début du premier millénaire, les Vaudois ont trouvé refuge dans cette vallée suspendue, la plus longue de l'arc alpin. Outre la beauté naturelle de cette vallée « spéciale », son histoire mérite également d'être explorée. Situé au cœur protégé du parc, le petit village de Dormillouse est l'un des trésors du patrimoine culturel de cette vallée préservée.
 

L’Embrunais

 
Ici, la Vallée de la Durance s'agrandit, et le Grand Morgon se reflète dans le réservoir de Serre-Ponce. Il faut savoir s'en débarrasser pour découvrir les richesses d'Embrunais.
 
Avec des traces de sa gloire passée, Emrunais était autrefois la capitale, la métropole de l'église de Rome et la cathédrale Notre-Dame du Réal. L'Abbaye de Boscodon, fondée au XIIe siècle par l'Ordre de Chalais, est située au pied du Grand Morgon.
 
À partir de la visite au sommet de la Tour Brune, l’espace d’exposition du parc est dédié à la présentation du paysage du bloc des Ecrins. Il possède une vue panoramique. Vous pouvez clairement lire la géologie : le rocher est similaire au tissu Le lieu est courbe, et le glacier de la rivière donne aux gens l'air de la prairie sur le site. La terre noire "dos d'éléphant" érode et assombrit le torrent au printemps. Les torrents Couleau, Rabioux, Boscodon et Réallon peuvent alors devenir dévastateurs.
 

Le Champsaur 

 
Vous pouvez découvrir cette Vallée en un coup d'œil. Au premier plan, un sommet de montagne prospère, un pays plein de haies, avec ses clôtures, ses canaux, ses allées en contrebas et ses arbres taillés.
 
La biodiversité y est extraordinaire et il y a beaucoup de monde. Cette vie est éparpillée dans de petits villages, loin des grandes villes comme Saint-Bonnet, et provient d'un passé dense. La religion a marqué le territoire par l'enthousiasme de ses croix et de ses églises (dont la célèbre Petite Eglise). Elle a fait l'objet de nombreuses luttes entre catholiques et protestants autour du Duc de Lesdiguières.
 
À l'heure actuelle, l'agriculture est à la base du tourisme vert et le tourisme vert repose sur la qualité du paysage. Les traditions agricoles sont préservées autour des stations de sports d'hiver et d'été, et la plupart des vallées et des pâturages sont utilisés par les ovins et les bovins. La géologie varie entre le grès, la roche volcanique, le granit et les roches volantes. Au fil des ans, les deux torrents du Drac Noir et du Drac Blanc et leurs affluents ont abattu ces roches.
 
Protégé et partiellement géré par l'homme, cet espace est un espace naturel. C'est un endroit pour les ours, avec des peaux de cerfs, des marmottes, des lièvres, des plantes spéciales et des bouquetins, réintroduits par le parc. Il s'agit d'un espace aventure pour les randonneurs et grimpeurs qui peuvent traverser la hauteur du centre de la parcelle dans la Vallée de Champoléon ou d'Orcières. Un point d'accueil saisonnier permet aux visiteurs d'obtenir des informations en quittant le petit village de Prapic.
 

Le Valgaudemar

 
Les Vallées glaciaires de Valgaudemar s'enfoncent dans la terre : villages et petits villages profitent de l'élargissement clairsemé, des terres plates, des cônes alluvionnaires et des anciennes errances qui sont aujourd'hui contenues. À Saint-Firmin, Saint-Maurice, Séchier, Villar Loubière ou La Chapelle, le tracé des chemins, des bâtiments et les noms des petits villages d’hier se retrouvent partout dans l’attachement du pays. Ici, le patrimoine est la vie de tous les jours. Le toit de chaume de l'usine de Villar Loubière le prouve, c'est le dernier représentant des 23 usines de la vallée.
 
La terre est riche : cirques et pôles glaciaires, lacs et cascades, alpages escarpés, vastes forêts et alpages. Il y a un grand nombre de tétras lyre dans les zones de transition. De toutes les chutes d'eau, la grande écharpe est autour du cou de la montagne, et le « voile de mariée » de l'île Gioberney est la plus célèbre.
 
Bienvenue aux grimpeurs amateurs de sports de montagne, de fêtes et de rassemblements gourmands : "ravioles", "oreilles d'âne" et autres spécialités. Une grande table de "repas de chèvre" est posée lors de la fête d'automne, marquant la descente du troupeau de l'alpage. De nombreuses rencontres sont assurées par le bureau des guides touristiques, les associations et les bureaux de tourisme.
 
Pour les randonneurs, la route de la Valgaude est une découverte d'en bas du pays. Le chemin qui remonte la Vallée mène au refuge et permet une découverte d'en haut, ouvrez grand les yeux et découvrez les sommets et guides de vallée (Olan, Rui, Bans, Sirac).
 

Le Briançonnais 

 
Entre Monêtier-les-Bains et La Grave, les deux Vallées de la Guisane et de la Haute-Romanche se rejoignent au col du Lautaret (2058 m), entourées de vastes prairies dont La Meije (3983 m) est le point fixe. Durant l'été, un centre d'information est mis en place dans l'ancien centre hospitalier du Lautaret. A proximité, le Jardin Alpin National vous permet de découvrir la flore de la région. Afin de se rapprocher du glacier, au début du col, le Sentier des Crevasses possède un élément explicatif qui permet de gravir les Alpes de Villars-d’Arena par les « escaliers du temps ».
 
En descendant vers le Monêtier, la Vallée est encore large, et les villages des deux côtés de la route font des randonnées dans la terre, vers le col d'Arsine et son lac glaciaire, ou vers Cerce. Un autre centre d'information du parc accueille les visiteurs dans le petit village de Casset en été.
 

Le Valbonnais

 
Le Valbonnais est un pays isolé, non loin de la route principale. La Bonne (Valjouffrey), La Malsanne (Le Périer et Chantelouve) et Roizonne (Lavaldens) : ces trois vallées forment de belles bosses et des paysages contrastés. La grande zone agricole, à une altitude inférieure (700 m) contraste fortement avec la pente raide et très élevée qui monte au sommet de la montagne, Olan étant le point culminant (3564 m).
 
Ce département rassemble à lui seul près de la moitié de la couverture forestière du parc et une grande variété d’espèces d’hêtres, d’épicéas et d’aulnaies... Les forêts sont les véritables ressources de la commune (production) et un moyen de résister à l’érosion des sols (protection). Ils abritent également de nombreuses espèces, dont certaines sont des espèces rares et protégées, comme la rosalie alpine (insecte aux grandes antennes) ou le sabot étoilé doré (orchidée).
 

L’Oisans

 
Le pays alpin de l'Oisans est un haut lieu de l'alpinisme avec ses nombreux pionniers. La Meije, sommet culminant à près de 4000m d’altitude, occupe une place importante dans l’histoire de l’alpinisme de la région. C’est le dernier sommet majeur des Alpes à avoir été gravi, malgré le fait que de nombreuses personnes aient tenté leur chance. La première ascension de « la Reine Meije » se fait en 1877 par Emmanuel Boileau de Castelnau, accompagné de Pierre Gaspard. Sur place, vous pourrez visiter le musée Saint-Christophe dédié à l’histoire de l’alpinisme. 
 
L'Oisans est le plus grand des sept quartiers du Parc National des Écrins. En plus de la plaine du Bourg-de-Oisan, qui était autrefois une région de lacs asséchés, des vallées d'origine glaciaire diverses convergent vers le torrent du Vénéon, qui entrent directement au centre de la parcelle. Ces vallées sont des zones riches au centre du parc.
 

Les activités à faire 

 

Faire de la randonnée

 
Le rythme de la marche permet de passer du temps à explorer et à admirer les paysages, la flore et la faune, à se ressourcer, à découvrir le territoire et ses particularités… En été comme en hiver, vous pouvez faire de la randonnée pour explorer tous les aspects de la région.
 
Pour faciliter cette découverte, le Parc national des Ecrins a développé un réseau de sentiers de randonnées au centre du parc, empruntant des sentiers existants patiemment créés et entretenus par des générations de montagnards et pouvant être utilisés à des fins multiples. Ces sentiers sont maintenant entretenus par le Parc national d'Ecrins et l'administration forestière de l'État en collaboration avec les municipalités concernées. Désormais, le réseau géré par le parc représente plus de 700 kilomètres d'itinéraires, qui peuvent être empruntés par un grand nombre de personnes.
 

Rando Ecrins

 
Le Parc national dispose d'un portail internet et d'une application mobile qui permettent aux visiteurs de préparer leurs sorties dans plus de 100 randonnées décrites avec du texte et des images de Moniteurs Ranger des Ecrins.
 
La recherche à la carte vous permet de choisir en fonction de nombreux critères : lieu, difficulté, thème du patrimoine, finalité, etc. Chaque itinéraire, de la petite boucle à l'itinéraire de deux jours, font références à des attractions liées à la nature, au paysage, à la géologie et au patrimoine culturel : c'est une valeur ajoutée majeure pour le Parc national.
 
 

Le Grand Tour des Écrins

 
Avec le "Grand Tour des Ecrins", vous pouvez facilement observer le magnifique panorama de montagne. La randonnée, le VTT, l'âne ou l'équitation permettent de goûter au charme puissant de la terre. Cet itinéraire doux laisse le temps de réfléchir au patrimoine protégé de ce petit pays et de goûter à ses richesses naturelles riches et colorées.
 

Les refuges des Ecrins

 
Le refuge est la fin du sentier. Pour certains, c'est une escale bienvenue. Ces bâtiments d'altitude accueillent des publics disparates qui partagent non seulement la nourriture mais également l'hébergement et leurs souvenirs de randonnées en montagne. Ensuite, vous pouvez continuer à parcourir des sommets plus ou moins élevés aux alentours.
 
Avec une quarantaine de refuges, le Massif des Écrins offre une capacité importante d'hébergements en altitude, majoritairement situés dans le cœur du Parc national. Leurs portes vous sont grandes ouvertes à la belle saison (information sur les périodes d'ouverture et la réservation des nuitées auprès des gardiens) ou en période hivernale durant laquelle les refuges sont autant d'abris pour les montagnards. A vous de respecter en retour l'exigence de ces lieux.
 
Redescendez tous vos déchets, pensez au repos des autres, aidez les gardiens en vous conformant aux horaires et en conservant certaines traditions comme plier les couvertures et utiliser les "galoches". Un petit mot sur le livre d'or conservera aussi le souvenir de votre passage et le partage d'une belle course...
 

Patrimoine et activités culturelles 

 
Riche d'un patrimoine culturel et historique, vos vacances au Pays des Ecrins sont le moment idéal pour découvrir les petits villages de la région : le centre de Vallouise, Vallouise La casse, Les Parchers, Le Villard et Puy-Aillaud, Pelvoux et Ailefroide; Les Vigneaux, Puy Saint Vincent, La Vallée de Freissinières, voire La Roche-de-Rame et Saint-Martin-de-Queyrières.
 
Sortez votre appareil photo et rendez votre voyage immortel. Venez admirer l'église Saint-Étienne au centre de Vallouise. Impossible de ne pas tomber sous le charme de son clocher de 45 mètres de long et de son architecture atypique. Visitez l'église de la repentance et ses belles fresques du XVIIIe siècle. Ne manquez pas l’église Saint-Laurent des Vigneaux et ses fresques, classée monument historique.
 
Si vous souhaitez apporter des visites plus intéressantes pour les enfants, rendez-vous au Théâtre Valois.
 

Comment accéder au parc ?

 
Le Parc National des Écrins est situé à l'intérieur du « triangle », avec Briançon au nord-est, Gap au sud et Le Bourg d'Oisans au nord-ouest. Les sept vallées du parc sont accessibles en voiture, en train ou en bus (selon la vallée), puis en avion.
 

Venir en train

Gares SNCF à Grenoble, Gap, Embrun, Mont-Dauphin, L’Argentière-la-Bessée et Briançon.
  • Paris / Briançon (par Gap)
  • Marseille / Briançon (TER)
  • Paris / Grenoble (TGV)
  • Paris / Valence (TGV) / Briançon (TER)
 

Venir en voiture

De Grenoble
  • Vers le Valbonnais, le Valgaudemar et le Champsaur par la RN85, puis vers l’Embrunais par la RN94
  • Vers l’Oisans, le Briançonnais par la D1091, puis vers la Vallouise par la RN94
 
De Marseille
  • Autoroute A51 puis RN85 vers le Champsaur, le Valgaudemar, le Valbonnais et l’Oisans
  • Autoroute A51 puis RN94 vers l’Embrunais, la Vallouise et le Briançonnais
 
De Chambéry, par l’Italie
  • Autoroute A43, tunnel du Fréjus, col du Montgenèvre
 
Pour plus de renseignements, consultez les sites internet plans et itinéraires des offices du tourisme du massif. Cartes routières Michelin n°523 (Rhône-Alpes) et n°527 (Provence-Alpes).